COVID-19. La Chine édite un livre blanc détaillé sur l’épidémie : «Combattre le COVID-19 : la Chine en action »

CHINA AFRICA MEDIA – Le Bureau d’information du Conseil d’État chinois vient de publier un livre blanc sur la lutte du pays contre le COVID-19. Cet outil qui marque la volonté de transparence de la Chine a été dévoilé au cours d’une conférence de presse tenue ce matin.

Le livre blanc, intitulé « Combattre COVID-19: la Chine en action », comprend quatre chapitres.  Il détaille les efforts de prévention, de contrôle et de traitement du pays dans la lutte contre la maladie, ainsi que sa coopération avec la communauté internationale.

 Un travail systématique

Un système strict de diffusion des informations a été mis en place de manière opportune, ouverte et transparente, note le livre blanc.  La réglementation était en place pour s’assurer qu’il n’y avait « aucune rétention d’informations,aucune sous-déclaration ou aucun retard dans la notification des cas d’infection ».

Le 27 décembre de l’année dernière, Zhang Jixian, médecin respiratoire à Wuhan, la ville qui a été le plus durement touchée par l’épidémie de coronavirus, fut le premier à alerter les autorités d’une nouvelle maladie contagieuse après avoir traité des patients présentant des symptômes pseudo-grippaux.  Pendant ce temps, les responsables de la santé de la ville ont commencé une enquête sur l’épidémie virale.

Dans les trois jours, la Commission de la santé municipale de Wuhan a envoyé une notification urgente concernant une épidémie de pneumonie de causes inconnues dans la ville et a commencé des séances d’information sur la maladie depuis le 31 décembre.

Le 21 janvier, cette année, la Commission nationale chinoise de la santé (NHC) a commencé à publier les informations COVID-19 de la veille sur son site Web officiel et ses plateformes de médias sociaux, tout comme les départements provinciaux de la santé.  À partir du 3 février, le NHC a commencé à partager les informations en anglais.

« L’expérience est quelque chose que d’autres pays peuvent utiliser dans leur lutte contre le virus », peut-on lire dans le livre blanc.

Mécanisme de diffusion de nouvelles à plusieurs niveaux

Selon le livre blanc, les gouvernements nationaux et locaux ont mis en place un mécanisme de diffusion des informations à plusieurs niveaux en vue de la « diffusion des informations faisant autorité sur différents canaux etdifférentes plateformes ».

Ces informations ont été partagées sur place, ou en ligne.  Au 31 mai dernier, le Mécanisme conjoint de prévention et de contrôle et le Bureau d’information du Conseil d’État avaient déjà tenu 161 conférences de presse au cours desquelles des fonctionnaires de plus de 50 ministères ont comparu plus de 490 fois et répondu à plus de 1 400 questions de médias chinois et étrangers.

La province du Hubei, en Chine centrale, qui a été la première à être touchée par le COVID-19 et qui a subi le plus de cas d’infections dans le pays, a tenu 103 conférences de presse.  Les autres provinces ont organisé un total de 1 050 conférences de presse.

 Données réelles en temps réel 

Pour garantir que les informations sur l’épidémie de COVID-19 dans le pays sont transparentes et corrects, Wuhan, la capitale de la province du Hubei, a régulièrement mis à jour les données concernant le nombre de cas et de décès confirmés par le COVID-19.

Cependant, certains cas sont décédés à domicile sans avoir été traités et enregistrés dans les structures hospitalières au début de l’épidémie lorsque les ressources médicales ont été débordées. Ce qui a conduit à des informations incomplètes sur le nombre de décès dus au COVID-19, a expliqué le livre blanc.

 Divers canaux et plateformes

Outre ces mécanismes de diffusion de l’information mis en place par les autorités de santé publique en chine, la presse a également joué un rôle capital dans cette guerre contre le COVID-19. « Les médias ont élargi la portée du public et envoyé un message positif dans la lutte contre le virus », a réitéré le livre blanc, « et l’opinion publique a joué son rôle de surveillance pour aider à résoudre les problèmes qui affectent éventuellement la lutte contre les virus ».

CHINE. Situation épidémiologique : « Aucun nouveau cas trouvé à Wuhan n’a causé d’infection », selon les experts

CHINA AFRICA MEDIA – Aucun nouveau cas positif au Covid-19 détecté à Wuhan en chine. « Aucun des 300 cas asymptomatiques de COVID-19 découverts lors de la campagne de tests de masse dans la ville n’a contaminé d’autres individus », c’est l’affirmation faite par un expert chinois qui, s’est basé sur des résultats de tests effectués sur plus de 3 millions de personnes.

LU Zuxun, professeur de santé publique à l’Université des sciences et technologies de Huazhong, a affirmé que du 14 mai au 1er juin 2020, la ville de Wuhan a effectué des tests d’acides nucléiques sur 9 899 828 résidents et 300 cas asymptomatiques de COVID-19 – des personnes qui ne présentent aucun symptôme apparent – ont été trouvés.

Il faut noter qu’aucun des cas asymptomatiques n’est devenu « cas confirmé », a souligné l’expert lors d’une conférence de presse. Le centre de contrôle et de prévention des maladies de Wuhan a collecté des échantillons de prélèvements de salives et de sécrétions nasales sur 106 cas asymptomatiques, et aucun des échantillons n’a révélé de virus actif, a déclaré le professeur LU.

Il a ajouté que le centre a également collecté 3 343 échantillons à partir des articles utilisés au quotidien par les 300 cas asymptomatiques, tels que les masques, les brosses à dents et les téléphones portables, et aucun échantillon n’a été testé positif au COVID-19.

FENG Zijian, directeur adjoint du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a assuré que tous les cas asymptomatiques à Wuhan ont été placés sous observation médicale pendant 14 jours et peuvent être remis en liberté après avoir été testés deux fois négatifs.

La ville a mobilisé des travailleurs médicaux et des psychologues pour traiter les cas asymptomatiques. Lesquels cas asymptomatiques ont reçu un traitement antiviral, un traitement à base de médecine traditionnelle chinoise et ont eu droit un suivi psychologiques, a-t-il assuré.

Après être sortis de l’observation médicale, ces patients devraient en principe se rendre à l’hôpital pour un nouvel examen au cours des deuxième et quatrième semaines, a précisé M. FENG.

CHINE. La Chine a construit 290 000 km de route en 2019

CHINA AFRICA MEDIA – Prise le 5 janvier 2019 par le photo-reporter HUANG Xiaobang, l’image aérienne qui illustre cet article montre une route dans le village de Yaogao du canton de Gandong, dans le Comté autonome de Rongshui Miao, dans la région autonome du Guangxi Zhuang, dans le sud de la Chine.

Malgré le covid-19 qui a stagné les activités économiques du pays, les autorités chinoises ont maintenu objectif d’éradiquer la pauvreté absolue en 2020. Et selon un proverbe chinois bien répandu : « Si vous voulez devenir riche, vous devez d’abord construire des routes ».

La Chine a en effet construit et amélioré 290 000 km de routes dans les zones rurales en 2019, permettant ainsi à plus de 9 400 villages de plus d’avoir accès aux voitures de tourisme.

(Source Xinhua)

CHINE. WANG Yi appelle à la vigilance, « des forces obscures veulent une guerre froide entre Washington et Pékin »

La conférence de presse animée dimanche dernier par le Conseiller d’État, ministre des Affaires Étrangères de la Chine révèle tout de l’état d’esprit de Pékin, prudent sur les provocations américaines. Selon les hautes autorités chinoises, l’équipe à Donald TRUMP veut provoquer sur une nouvelle guerre froide, cette fois-ci entre Washington et Pékin. Malin comme deux lapins, la Chine ne veut pas s’embarquer dans une guerre cette fois, appelant plutôt à une coopération. 

CHINA AFRICA MEDIA – Le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères WANG Yi a mis en garde dimanche contre la nécessité d’être attentif aux efforts de certaines forces politiques aux États-Unis pour pousser les États-Unis et la Chine vers une « nouvelle guerre froide ». Il a également exhorté Washington à coopérer avec Pékin pour faire face à la pandémie de COVID-19.
WANG, s’exprimant lors d’une conférence de presse en marge de la troisième session du 13e Congrès national du peuple à Pékin, a dit qu’il est regrettable qu’un virus politique qui ne perd aucune chance d’attaquer et de salir la Chine se propage également aux États-Unis alors que des vies innocentes sont étant emporté chaque jour dans le pays est désormais le plus durement touché par l’épidémie.

COVID-19 a infecté plus de 1,56 million de personnes aux États-Unis avec un total de décès de plus de 94 000 dimanche, selon l’Organisation mondiale de la santé. Certains politiciens américains ont fabriqué trop de mensonges et comploté trop de complots sur la Chine indépendamment des faits les plus élémentaires, et les mensonges ont été compilés dans une liste récemment publiée sur Internet, a-t-il déclaré.

« Plus la liste est longue… plus il y aura de taches dans l’histoire », a déclaré WANG, ajoutant que la question de la recherche de l’origine du virus est l’un des mensonges. Même s’il s’agit d’une question scientifique qui devrait être étudiée par des scientifiques et des médecins spécialistes, certains politiciens américains se sont précipités pour étiqueter le virus, politiser son origine et stigmatiser la Chine, a-t-il déclaré. M. WANG a déclaré que la Chine était ouverte à la coopération scientifique internationale pour identifier la source du virus, mais qu’elle devrait être menée de manière professionnelle, équitable et constructive.

Le travail pour identifier son origine ne devrait pas affecter la priorité absolue actuelle de sauver des vies, ne devrait pas saper la coopération anti-pandémie entre les pays et ne devrait pas affaiblir le rôle de l’Organisation mondiale de la santé, a-t-il dit. Il a critiqué l’abus de contentieux aux États-Unis et dans d’autres pays qui tentent de tenir la Chine «responsable» de l’épidémie, affirmant que ceux qui veulent faire payer à la Chine une compensation rêvent.

« Les poursuites contre la Chine pour COVID-19 n’ont en fait aucune base juridique, juridique ou internationale », a-t-il dit, ajoutant que la Chine était également victime de la soudaine épidémie. WANG a réclamé la soi-disant « responsabilité et indemnisation » d’une victime de COVID-19 et la fabrication de soi-disant preuves de poursuites frivoles foulant aux pieds la primauté du droit international et trahissant la conscience humaine.

« Si quelqu’un pensait pouvoir utiliser des poursuites ridicules pour saper la souveraineté et la dignité de la Chine ou pour priver le peuple chinois de ses gains durement gagnés, il rêverait et se déshonorerait », a-t-il déclaré. COVID-19 est un ennemi commun de la Chine et des États-Unis, a déclaré WANG, et le soutien et l’assistance mutuels sont les aspirations communes des populations des deux pays.

Il a appelé les deux pays à apprendre l’un de l’autre et à partager leur expérience pour lutter contre le virus, à participer et à promouvoir conjointement la coopération multilatérale et à mener rapidement une coordination et une communication sur les politiques macroéconomiques concernant l’impact de la pandémie sur les économies des deux pays et du monde.

Selon WANG, les deux pays ont tout à gagner de la coopération et à perdre de la confrontation comme l’ont montré les dernières décennies d’expérience. « La Chine n’a pas l’intention de changer, encore moins de remplacer, les États-Unis. Il est temps que les États-Unis renoncent à leurs vœux pieux de changer la Chine ou d’arrêter la marche historique de 1,4 milliard de Chinois vers la modernisation », a-t-il déclaré.

Le diplomate de haut rang a averti que certaines forces politiques américaines détournaient les relations sino-américaines et tentaient de pousser les deux pays dans une « nouvelle guerre froide. Cette pratique dangereuse fait tourner la roue de l’histoire. Non seulement elle ruinera les résultats de la coopération obtenus par les deux peuples au fil des ans, mais elle compromettra également le développement futur des États-Unis et compromettra la stabilité et la prospérité mondiales », a-t-il déclaré.

En réponse aux accusations de Washington envers l’OMS, WANG a déclaré que la position internationale de l’organisation et sa place dans l’histoire ne seront pas modifiées simplement parce que certains pays ne l’aiment pas. « Ceux qui jettent de la boue sur l’OMS ne laisseront qu’une tâche sur eux », a-t-il dit. WANG a souligné que l’OMS, composée de 194 États membres, ne devrait pas servir les intérêts d’un seul pays, ni servir la volonté de celui qui paie le plus d’argent. « La vie est la priorité absolue. Soutenir l’OMS, c’est sauver des vies, et c’est ce qu’un pays conscient devrait faire », a-t-il conclu.

WANG YI. « La Chine et l’Afrique sont de bons frères et partagent leurs bons et mauvais moments »

CHINA AFRICA MEDIA — Au moment où des rumeurs font état d’africains victimes de mauvais traitement en Chine, le ministre chinois des Affaires Étrangères, a voulu mettre en avant les excellents rapports existants entre la Chine et l’Afrique qui se sont mutuellement soutenus dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. Il s’est ainsi exprimé lors d’une conférence de presse tenue en marge de la session annuelle de l’organe législatif national qui se tenait à Pékin, capitale politique chinoise ce dimanche 24 mai dernier.

« La Chine et l’Afrique sont de bons frères qui ont partagé leurs bons et mauvais moments », a indiqué le chef de la diplomatie chinoise. « Rien ne peut changer ou endommager cette amitié » a-t-il ajouté.

Dans les faits, depuis le début de la « bataille » contre le COVID-19, la Chine a déjà dépêché des équipes d’experts médicaux dans quasiment toute l’Afrique et les pays voisins.

Dans le même temps « des équipes médicales chinoises basées dans 45 pays africains ont agi rapidement pour aider à la réponse locale et ont organisé près de 400 sessions de formation pour des dizaines de milliers de personnels soignants africains », a fait savoir le ministre WANG Yi.

« Nous prenons soin de la communauté africaine en Chine comme nous le faisons pour nos propres familles. Tous les plus de 3.000 étudiants africains au Hubei et à Wuhan sont sains et saufs, à l’exception d’un seul qui avait été infecté mais a rapidement été guéri », a-t-il souligné, certainement pour couper court aux rumeurs persistantes sur les maltraitances d’africains dans la ville de Guangzhou dans le sud de la Chine.

Cette année marque le 20e anniversaire du Forum sur la coopération sino-africaine. Les relations de la Chine avec l’Afrique ont résisté à l’épreuve du temps et ont continué de prospérer, a-t-il fait remarquer.

CHINE. Hausse du budget de la défense en 2020, +6,6 % à 178,2 milliards de dollars

CHINA AFRICA MEDIA – La Chine a fixé son objectif de croissance du budget de la défense pour 2020 à 6,6%, ce qui se traduit par un projet de budget de 1 268 billions de yuans (178,2 milliards de dollars), inférieur à la croissance de 7,5% en 2019.

Le chiffre a été rendu public vendredi dans un projet de rapport budgétaire à soumettre à la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale (APN). Il s’agit également du taux de croissance du budget de la défense le plus faible de ces dernières années.

Le budget chinois de la défense pour 2019 était de 1,19 billion de yuans, en hausse de 7,5% par rapport à 2018. La Chine a maintenu une croissance à un chiffre de son budget annuel de défense depuis 2016.

Vendredi, SONG Zhongping, expert militaire chinois et commentateur de la télévision, a déclaré au Global Times qu’il était très normal que par rapport au taux de croissance de 7,5% de l’an dernier, le taux de 6,6% cette année ne soit pas un ralentissement significatif compte tenu des effets de la pandémie.

Courbes croisées des taux du PIB et de celui du budget de la Défense en Chine

La Chine est confrontée à des menaces pour la sécurité nationale, y compris celles qui se déroulent très près de la Chine et dans des domaines de sécurité non traditionnels. Par rapport à ces menaces, les dépenses militaires de la Chine étaient loin d’être suffisantes, a déclaré SONG.

WEI Dongxu, analyste militaire basé à Pékin, a déclaré que l’augmentation du budget de la défense pouvait garantir que les principaux programmes et les principaux domaines de dépenses de l’armée chinoise ne seraient pas affectés par la pandémie et resteraient dans les délais.

La baisse du taux de croissance est en partie décidée par la situation réelle de la Chine et la pandémie a eu un impact sur la croissance économique dans tous les pays, a noté WEU.

CHINE. La Marine chinoise découvre comment cultiver des légumes sur du sable fin

CHINA AFRICA MEDIA – Voilà une découverte scientifique qui a de quoi redonner espoirs aux peuples vivant sur des îles ou dans des régions désertiques : il est possible de planter des légumes

La marine chinoise en garnison sur une île des îles Xisha de la mer de Chine méridionale a récemment récolté pour la première fois 750 kilogrammes de légumes sur des plages de sable fin, en utilisant une technologie qui, selon les experts, pourrait soutenir les communautés des îles.

Selon un rapport de la marine chinoise, sept sortes de légumes, dont le chou Pakchoi, la laitue et le chou chinois, ont été récoltées sur un champ expérimental « sable sur terre » sur l’île de Yongxing dans la ville de Sansha, dans la province de Hainan en Chine du Sud, le mardi 12 mai.

« La technologie sera promue à grande échelle, ce qui pourrait résoudre le problème des forces militaires et des civils sur les îles manquant de légumes verts », a indiqué un officier de marine, selon le rapport.

La force de garnison de la marine à Xisha a travaillé pendant quatre mois avec l’équipe de recherche «sable sur terre» de l’Université Chongqing Jiaotong dans le sud-ouest de la Chine pour réaliser le «miracle».

Selon le rapport de la marine, des officiers de marine et des scientifiques ont mélangé une poudre adhésive de fibres végétales dans le sable. Après l’arrosage, le sable est devenu du sol. Les graines plantées dans un champ de 0,5 mu le 4 avril sont devenues plus de 750 kilogrammes de récoltes après un mois, ce qui signifie que les légumes peuvent être récoltés cinq ou six fois par an.

L’équipe de l’Université de Chongqing Jiaotong avait transformé 4000 mu de désert en terres agricoles dans la région autonome de Mongolie intérieure en Chine du Nord en 2017.

Cette trouvaille contredit également les théories internationales, y compris celles d’un arbitrage de 2016, selon lesquelles les îles de la mer de Chine méridionale ne pourraient pas soutenir leurs propres communautés, a déclaré CHEN Xiangmiao, chercheur adjoint à l’Institut national d’études de la mer de Chine méridionale, à nos confrères de Global Times mardi dernier.

« Désormais, la capacité de la Chine à soutenir les civils sur ces îles permettrait à davantage de personnes de vivre sur les îles », a noté CHEN. Les températures élevées, l’humidité élevée et la teneur élevée en sel ont rendu l’agriculture extrêmement difficile sur les îles de la mer de Chine méridionale, a déclaré CHEN.

« Pouvoir cultiver des légumes permet de passer à l’étape suivante, comme élever des porcs ou des poulets. Un cycle écologique rendrait les îles plus adaptées pour que les humains y vivent plus longtemps », a déclaré CHEN. « À l’avenir, chaque île pourrait former une petite communauté indépendante. »

Depuis les années 1970, les forces stationnées dans les îles comptent sur les légumes à feuilles vertes pour leur être expédiés. Mais parfois, les bateaux ne pouvaient pas atteindre les îles en raison du mauvais temps et les officiers ne pouvaient manger que des algues, des citrouilles ou des bâtonnets de fèves, causant des problèmes nutritionnels, selon le rapport de la marine.

Les officiers de la marine ont essayé d’amener de la terre du continent, mais ils ne pouvaient cultiver qu’une petite quantité de légumes. En 2007, le ministère des Sciences et de la Technologie a construit une base de démonstration végétale sur l’île de Yongxing. Des serres de légumes ont également été construites sur certaines îles.

La ville de Sansha a été fondée en 2012. Avec de plus en plus d’officiers de la marine et de civils s’installant dans les îles, le besoin de légumes à feuilles vertes augmente.

CHINE. Le continent chinois ne rapporte aucun nouveau cas confirmé de coronavirus ce samedi

CHINA AFRICA MEDIA – L’autorité sanitaire chinoise a déclaré samedi qu’elle n’a vu aucun nouveau cas confirmé de COVID-19 sur le continent chinois vendredi. Les populations vaquent à leur occupation.

Aucun décès lié à la maladie n’a été signalé vendredi, selon la Commission nationale de la santé, ajoutant qu’elle a reçu des rapports de deux nouveaux cas suspects. Un cas suspecté a été importé et signalé à Shanghai et l’autre a été transmis au pays dans la province de Jilin, a déclaré le rapport quotidien de la commission. Vendredi dernier, trois patients ont été libérés des hôpitaux après constatation de leur guérison, tandis que le nombre de cas graves s’élevait à neuf.

À partir de vendredi, 82,971 cas confirmés de COVID-19 avaient été signalés sur le continent, et 4,634 personnes étaient mortes de la maladie. Au total, 78,258 patients avaient été guéris et libérés des hôpitaux en fin de journée vendredi, la commission a déclaré, ajoutant qu’il y avait encore 79 patients en cours de traitement.

Aucun nouveau cas n’a été signalé vendredi, les rapports du continent concernant les cas importés sont restés, 1,711. des cas, 1,670 avaient été libérés des hôpitaux après le rétablissement et 41 sont restés hospitalisés № décès dus aux cas importés avaient été signalés.

Six personnes ont été soupçonnées d’être infectées par le virus, a déclaré la commission, notant que cinq des cas ont été importés d’outre-mer. La commission a ajouté que 5,085 contacts étroits étaient toujours sous observation médicale après que 252 personnes aient été libérées de l’observation médicale vendredi.

Vendredi également, 28 nouveaux cas asymptomatiques ont été signalés sur le continent. De nombreux cas ont été reclassés comme cas confirmés, et 23 cas asymptomatiques sont sortis de l’observation médicale. La commission a déclaré que 370 cas asymptomatiques, dont 26 d’outre-mer, étaient toujours sous observation médicale.

Vendredi, 1,065 cas confirmés dont quatre décès avaient été signalés dans la Région administrative spéciale de Hong Kong, 45 cas confirmés dans la RAS de Macao et 441 à Taiwan, dont sept décès. Au total, 1,029 patients à Hong Kong, 45 à Macao et 408 à Taiwan avaient été libérés des hôpitaux après guérison.

CHINE. Le Rapport à lire absolument pour comprendre comment la Chine va éradiquer la pauvreté absolue d’ici décembre 2020

CHINA AFRICA MEDIA – Wang Cong et XIE Wenting – Vendredi 22 mai 2020, la Chine n’est pas allée par quatre chemins pour réaffirmer son grand défi : éradiquer la pauvreté sur l’ensemble du territoire, en sortant de la précarité les 5, 51 millions de Chinois restants. La crise du coronavirus n’a pas modifié cet objectif d’un iota. China Africa Media vous offre la synthèse des travaux de cette politique sociale chinoise faites par nos confrères Wang Cong and Xie Wenting de Global Times.

La Chine a offert l’évaluation la plus complète et la plus pragmatique des circonstances extraordinaires pour le développement social et économique du pays créées par la pandémie de COVID-19, et a apporté des ajustements rares et décisifs dans un large éventail de domaines – de ses objectifs de développement globaux à un gouvernement spécifique dépenses – pour minimiser les pertes et assurer la stabilité sociale et économique dans un contexte de risques persistants.

Le rapport sur les travaux du gouvernement de cette année, l’un des documents étroitement surveillés en Chine qui établit le programme des politiques sociales et économiques pour l’année, était distinct dans sa forme et son contenu, convenant à une période particulièrement éprouvante pour le pays, qui n’a pas été vue depuis plus de quatre décennies de ascendance rapide. Parmi les changements les plus importants figure la décision de mettre fin à une tradition qui a duré plus d’un quart de siècle pour fixer un objectif de croissance spécifique, soulignant l’incertitude particulièrement profonde qui attend l’économie.

Mais en dépit de ces réalités qui donnent à réfléchir, la Chine est restée inébranlable dans la réalisation de ses objectifs de développement plus larges de longue date, à savoir éradiquer la pauvreté absolue, et le rapport a offert un plan solide pour une reprise régulière dans le pays le plus peuplé du monde et la deuxième plus grande économie avec des dizaines de des mesures politiques ciblées centrées sur des questions urgentes telles que l’emploi et les conditions de vie. S’il est correctement exécuté, le plan sera suffisant pour ramener le pays sur la bonne voie devant les autres grandes économies, ont déclaré vendredi les analystes.

Des moments extraordinaires

Les circonstances extraordinaires pour le pays étaient palpables lorsque le Premier ministre Li Keqiang a présenté le rapport à l’ouverture de la session annuelle du Congrès national du peuple (APN), la plus haute législature de la Chine, vendredi matin après plus de deux mois de retard en raison du COVID-19. épidémie.

Graphiques montrant la réduction du nombre de Pauvres absolus en Chine.
En 2019, il restait environ 6 millions de précaires.

Avant la session, une minute de silence a été observée pour les victimes du coronavirus et celles qui se sont sacrifiées dans la lutte contre la pandémie. Les images de la télévision ont montré environ 5 000 législateurs et conseillers politiques, portant des masques chirurgicaux, baissant la tête, ce qui a capturé un moment historique pour des millions de citoyens chinois à travers le pays et a rappelé de façon frappante comment le COVID-19 a bouleversé la vie quotidienne et la vie sociale et économique. développements dans le pays.

« L’épidémie n’est pas encore terminée, alors que les tâches auxquelles nous sommes confrontés dans la promotion du développement sont immenses« , a déclaré M. Li au début de son discours, avant de proposer une évaluation plus détaillée des défis et des progrès réalisés au cours des derniers mois en lutte contre l’épidémie et secours économiques. Il a déclaré une « victoire décisive » dans la bataille contre le virus, mais a reconnu le « grand prix » que la Chine a payé, qu’il a qualifié de « prix à payer ».

Bien que l’épidémie de COVID-19 ait été efficacement maîtrisée à la suite de mesures décisives à l’échelle nationale, le virus a fait plus de 4 600 morts dans le pays. Le prix de sauver des milliers voire des millions de vies chinoises a été, entre autres, une contraction record de 6,8% du PIB au premier trimestre 2020.

Minimiser ces pertes et faire face aux défis et aux risques persistants pour garantir la stabilité sociale et économique pour le reste de l’année est devenu la priorité absolue des décideurs, comme le souligne le rapport sur les travaux du gouvernement. Pour la première fois depuis 1995, la Chine a abandonné un objectif numérique spécifique pour la croissance du PIB. Bien que la décision soit basée sur le fait que la Chine reste confrontée à certains facteurs « difficiles à prévoir », elle accorde également la priorité à la stabilité des emplois, des besoins vitaux, des opérations commerciales, de la sécurité alimentaire et d’autres domaines, selon le rapport.

Réduire ce contraste frappant

« Nous n’avons pas fixé d’objectif spécifique, mais cela ne signifie pas que la croissance économique n’est pas importante ou nous laisserons l’économie chuter librement« , a déclaré vendredi à la presse LUI Rihong, un responsable du Conseil des Affaires d’Etat qui a participé à la rédaction du rapport. , notant que le rythme de la croissance économique soutiendra la sécurité de l’emploi et les moyens de subsistance.

Certains analystes ont également souligné que, bien que la Chine ait abandonné un objectif de croissance du PIB spécifique, elle s’est tenue à des objectifs encore plus larges d’éradication de la pauvreté absolue et de doublement du PIB sur la base du niveau de 2010, une indication de la confiance des hauts responsables dans les fondamentaux globaux de l’économie chinoise et la force du système chinois.

« Si vous lisez attentivement les objectifs décrits dans le rapport, ils sont beaucoup plus larges », a déclaré vendredi au Global Times Guan Tao, un ancien responsable de l’administration d’État des changes, ajoutant que l’objectif de doubler le PIB serait très difficile dans les circonstances actuelles.

Commentant la faisabilité de l’objectif de croissance du PIB, He Lifeng, chef de la Commission nationale de développement et de réforme, le meilleur planificateur économique, a déclaré que même une croissance de 1% du PIB en 2020 équivaudrait à 1,9 fois le PIB de 2010, tandis que trois à une croissance en pourcentage signifie 1,95 fois et une croissance de cinq pour cent signifie 1,99 fois – «tous très proches de l’objectif attendu».

Au-delà des objectifs plus larges, le rapport a également énuméré un large éventail d’objectifs spécifiques pour les questions essentielles à la stabilité sociale et économique, y compris les emplois et les prix à la consommation. Il a indiqué que la Chine visera à créer neuf millions de nouveaux emplois urbains, à maintenir le taux de chômage urbain enquêté à environ 6% et à plafonner l’indice des prix à la consommation à environ 3,5%.

Changer radicalement le monde rural

« Le rapport sur les travaux du gouvernement a souligné la philosophie de développement centrée sur les personnes en Chine, et les questions liées aux moyens de subsistance des populations seront la priorité absolue de cette année« , a déclaré ZHU Lijia, professeur de gestion publique à la Chinese Academy of Governance, à Global Times.

ZHU a noté que le rapport était concis, « mais le contenu est complet et touche à chaque question importante dont la société se soucie … et fournit de nouvelles solutions. »

Le rapport, avec environ 10 000 caractères chinois, ne représente que la moitié de celui de l’année dernière et est le plus court depuis la réforme et les politiques d’ouverture il y a plus de quatre décennies. Une autre indication de l’accent mis sur l’emploi est que le mot « emploi » a été mentionné 39 fois dans le rapport, un peu plus que le mot « économie », qui a été mentionné 37 fois.

Mesures ciblées

Au-delà de l’objectif de croissance du PIB, les marchés du monde entier attendaient également des mesures de soulagement de la part des décideurs chinois, certains comptant explicitement sur une relance massive de la Chine pour soutenir l’économie mondiale comme elle l’a fait pendant la crise financière mondiale de 2008-2009.

« Ce que nous avons vu dans le rapport ce matin est très différent de celui de 2009. Contrairement au plan directeur visant à investir des milliards de yuans dans les infrastructures pendant la crise financière mondiale, l’intensité des mesures de relance cette année est relativement modérée. Mais l’essentiel est que cette année, il existe des mesures plus spécifiques visant à résoudre différents problèmes « , a déclaré Guan.

Le rapport contient plus de 20 mesures spécifiques pour diverses questions. Parmi les principales mesures prises, il y a la décision d’augmenter le ratio déficit / PIB au-dessus de 3,6%, avec une augmentation du déficit d’un billion de yuans par rapport à l’année dernière. La Chine émettra un billion de yuans d’obligations d’État pour le contrôle de COVID-19.

Certaines mesures de relance n’ont pas répondu à certaines attentes selon lesquelles une relance plus massive pourrait être proposée. Cependant, ce qui a également dépassé les attentes, c’est le niveau de détail dans lequel le rapport a orienté ces politiques spécifiques, a déclaré Guan.

Par exemple, le rapport indique que les deux billions de yuans seront transférés aux gouvernements locaux et qu’un mécanisme sera mis en place pour garantir que les fonds parviendront aux gouvernements des comtés au profit direct des entreprises et des personnes. Il a ajouté que les fonds ne peuvent être utilisés que pour garantir l’emploi, améliorer les besoins de base et protéger les entreprises grâce à des réductions d’impôts et de taxes. En outre, le rapport indique que d’autres allégements fiscaux et mesures pourraient permettre aux entreprises d’économiser plus de 2 500 milliards de yuans cette année.

Dans un autre indicateur des mesures extraordinaires prises par les décideurs chinois pour sauver l’économie, le rapport a appelé à une réduction significative des dépenses publiques, y compris une réduction de 50% des dépenses sur les articles non essentiels.

« Le sentiment le plus profond est un coup de pouce à la confiance des entrepreneurs« , a déclaré au Global Times ZHANG Jindong, vice-président de l’APN et président des détaillants chinois d’appareils Suning, après avoir écouté le rapport, soulignant les mesures politiques visant à soutenir les entreprises et à stimuler le marché intérieur. demande. « Bien que la pression soit sans précédent … nous sommes convaincus que nous surmonterons les difficultés.« 

Les économistes ont déclaré que si ces mesures ciblées étaient pleinement exécutées, la stabilité globale de l’économie chinoise serait assurée et pourrait même ressortir plus forte, tandis que d’autres grandes économies en sont encore aux premiers stades de la lutte contre la pandémie.

Cependant, la prévention d’une deuxième vague de la pandémie serait essentielle, selon les experts.

« Un bon travail de prévention et de contrôle des épidémies est essentiel pour assurer la reprise économique et la croissance. Nous devons redémarrer les activités économiques dans le cadre de la normalisation de la prévention des épidémies« , a déclaré WANG Hongwewe, professeur à l’École d’administration publique et de politique de l’Université Renmin de Chine. Times, notant que des plans d’urgence devraient être planifiés pour éviter une approche « une solution pour tous » en cas de nouvelles infections.

La prévention d’une éventuelle résurgence reste également une priorité absolue. Le rapport sur les travaux du gouvernement indique que la caution spéciale d’un milliard de yuans sera utilisée pour accélérer la recherche et le développement de vaccins et de médicaments, améliorer le mécanisme de prévention des maladies infectieuses et renforcer l’infrastructure des soins de santé.

Li a déclaré que bien que la Chine continue de faire face à des risques et à des défis « comme jamais auparavant« , elle est prête à relever ces défis. « Nous avons des atouts politiques et institutionnels uniques, une base économique solide, un énorme potentiel de marché et des centaines de millions de personnes intelligentes et travailleuses … nous serons en mesure de traverser cette période difficile, les horizons du développement de la Chine sont pleins de promesses, « a dit Li, déclenchant de vifs applaudissements à l’intérieur de la Grande Salle du Peuple.

CHINE. Le Premier ministre Li Keqiang maintient l’éradication de la pauvreté malgré les impacts du Covid-19

CHINA AFRICA MEDIA – Selon l’Agence Xinhua qui rapporte les travaux de Deux sessions du 22 mai 2020, la Chine s’assurera que les jalons de développement que sont la victoire contre la pauvreté et la construction d’une société de moyenne aisance à tous égards soient atteints cette année, mais n’a pas adopté d’objectif de croissance spécifique pour 2020, selon le rapport d’activité du gouvernement soumis vendredi à l’organe législatif national pour délibération.

Par contre, la décision d’abandonner un objectif de croissance spécifique a été prise car le pays sera confronté à certains facteurs qui sont difficiles à prévoir dans son développement en raison de la forte incertitude concernant la pandémie de COVID-19 et l’environnement économique et commercial mondial, a indiqué le Premier ministre LI Keqiang (Photo/Agence Xinhua) dans le rapport présenté lors de la réunion d’ouverture de la troisième session de la 13e Assemblée populaire nationale.

Le Premier ministre chinois LI Keqiang

« Le fait de ne pas fixer d’objectif spécifique pour la croissance économique permettra à tous les secteurs de concentrer leur énergie sur les ‘six stabilisations’ et les ‘six garanties' », a indiqué M. Li.

« Nous devons continuer à maintenir les ‘six garanties’ afin de mener à bien le travail des ‘six stabilisations’. En réalisant les ‘six garanties’, nous réussirons à stabiliser les bases de notre économie », a-t-il noté. « Le maintien des ‘six garanties’ apportera les ‘six stabilisations’ nécessaires pour poursuivre les progrès. Ainsi, nous consoliderons la base de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance à tous égards. »

Les six stabilisations sont l’emploi, le secteur financier, le commerce extérieur, l’investissement étranger, l’investissement intérieur et les attentes. Les six garanties sont quant à elles la sécurité de l’emploi, les besoins vitaux fondamentaux, les activités des acteurs du marché, la sécurité alimentaire et énergétique, la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, et le fonctionnement normal des gouvernements de niveau primaire.

La Chine accordera la priorité à la stabilisation de l’emploi et à l’assurance du bien-être de la population, avec des objectifs, des politiques et des mesures détaillés dévoilés par le rapport. La Chine envisage de créer plus de neuf millions d’emplois dans les agglomérations urbaines en 2020 et de maintenir le taux de chômage recensé autour de 6%.

Le pays assurera l’éradication de la pauvreté au sein de l’ensemble des habitants ruraux vivant sous le seuil de pauvreté actuel dans tous les districts déshérités.

La Chine envisage de fixer son déficit budgétaire au dessus de 3,6% du PIB, ce qui résulte à une hausse du déficit de mille milliards de yuans (141 milliards de dollars) par rapport à l’année précédente. Elle émettra également des obligations de gouvernement de mille milliards de yuans pour le contrôle du COVID-19.

La Chine abaissera les taxes et charges pour les entreprises, visant un montant de réduction de plus de 2.500 milliards de yuans, tout en accélérant le soutien financier en vue d’une stabilité des activités commerciales.

« A l’heure actuelle, nous sommes confrontés à des risques et défis sans précédent », a noté M. Li. « Pourtant, nous disposons d’avantages politiques et institutionnels particuliers, d’une base économique puissante, d’un marché au potentiel immense, de la diligence et de l’intelligence de plus d’un milliard de Chinois. »

« Si nous relevons les défis qui se dressent sur notre route, raffermissons notre confiance dans le développement, renforçons les forces motrices de notre développement, préservons et saisissons cette importante période stratégique pour notre développement, il ne fait aucun doute que nous pourrons surmonter les difficultés actuelles », a indiqué le Premier ministre. « Les perspectives de développement de la Chine sont très prometteuses. »

La Chine redoublera d’efforts pour minimiser les pertes causées par le COVID-19 et maintenir l’énergie et la durabilité de ses politiques. « Nous avons la détermination et la capacité de réaliser les objectifs prévus pour cette année », a déclaré M. Li.