L’ONU condamne l’attaque contre l’aéroport en Somalie

CHINA AFRICA MEDIA -Les Nations Unies ont condamné un assaut au mortier contre un aéroport international de la capitale somalienne Mogadiscio, qui a fait mardi un nombre non identifié de personnes blessées. L’attaque a touché les locaux de l’AMISOM et des Nations Unies, a précisé le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration de presse publiée le jour de l’attaque. « Le Secrétaire général réitère son ferme soutien à tous les collègues des Nations Unies en Somalie », a dit son porte-parole.

Antonio Guterres a réaffirmé la détermination de l’Organisation des Nations Unies à appuyer le « gouvernement fédéral somalien et tous les Somaliens » dans leurs efforts en faveur de la paix et de la stabilité. Le chef de l’ONU a souhaité un prompt rétablissement à toutes les personnes blessées dans l’attaque.

Comme on peut le voir sur cette photo montrant l’attaque d’un convoie des Nationa-Unies en 2014, la mission onusienne de paix est régulièrement victime d’attaques. « Je condamne cette attaque au mortier d’Al-Shabaab contre l’installation aéroportuaire de Mogadiscio. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux personnes blessées dans l’attaque. Malgré ces actes de violence, les partenaires internationaux de la Somalie restent déterminés à soutenir le peuple somalien et à continuer de soutenir l’avancement du pays », a déclaré pour sa part James Swan, représentant spécial de l’ONU pour la Somalie.

Swan a confirmé qu’Al-Shabaab, un groupe terroriste opérant en Somalie, avait revendiqué la responsabilité de l’attaque. Il a ajouté qu’aucune installation des Nations Unies n’avait été touchée et qu’aucun membre du personnel des Nations Unies n’avait été victime de l’attaque au mortier. L’enceinte de l’aéroport abrite les bureaux de l’ONU et plusieurs missions diplomatiques occidentales en Somalie.

Swan a déclaré que six obus de mortier avaient atterri dans le périmètre de l’aéroport international d’Aden Adde, qui abrite également le siège de la mission de l’Union africaine en Somalie. Al-Shabaab s’est battu pour renverser le gouvernement et imposer sa propre marque de gouvernement fondé sur la religion en Somalie.

ZIMBABWE : premier pays africain à recevoir un deuxième lot de vaccin chinois

CHINA AFRICA MEDIA – Le Zimbabwe a reçu mardi un deuxième lot de 200 000 doses de vaccin offert par la Chine, un envoi séparé de 200 000 doses de vaccin qu’il a achetées à Sinovac et 1,2 million de consommables médicaux achetés à Sinopharm.

S’exprimant lors d’une cérémonie de remise qui s’est tenue à l’aéroport international Robert Mugabe le 16 mars, le président Emmerson Mnangagwa a déclaré que le Zimbabwe était le premier pays d’Afrique à avoir jusqu’à présent reçu un deuxième lot de vaccins COVID-19 en provenance de Chine.

Le don actuel porte à 400 000 le nombre total de doses de vaccin que la Chine a données au Zimbabwe. En février, le Zimbabwe a reçu 200 000 doses de vaccins de Chine, devenant l’un des 14 premiers pays en développement à recevoir une aide vaccinale du géant asiatique.

Le président Mnangagwa a déclaré que l’intervention de vaccination aiderait énormément le pays à atteindre son objectif d’immunité collective d’au moins 60 pour cent de la population, et a démontré les relations solides entre le Zimbabwe et la Chine.

« Nous progressons régulièrement dans la lutte contre la pandémie et dans le programme national de déploiement de la vaccination COVID-19« , a-t-il déclaré. « Nous restons reconnaissants à la Chine pour son soutien à ce programme. Cela comprend la fourniture en temps opportun d’une expertise épidémiologique et d’un équipement de protection individuelle, entre autres.« 

Guo Shaochun, l’ambassadeur de Chine au Zimbabwe, a déclaré que son pays était heureux que le Zimbabwe ait été parmi les premiers à recevoir des dons de vaccins de la Chine et l’un des rares auxquels la Chine a fait deux dons jusqu’à présent. « C’est l’interprétation la plus puissante de la grande amitié et solidarité entre nos deux pays et nos deux peuples« , a-t-il déclaré. Guo a révélé que la Chine avait fait don de vaccins COVID-19 à 69 pays en développement qui en avaient un besoin urgent et exportait des vaccins vers 43 pays.Plus de 60 pays ont autorisé l’utilisation des vaccins chinois, a-t-il déclaré, ajoutant que l’innocuité et l’efficacité des vaccins chinois sont de plus en plus reconnues dans le monde.

Le diplomate a déclaré que la Chine était opposée au nationalisme des vaccins. « Nous rejetons toute ‘fracture vaccinale’ ou toute tentative de politiser la coopération vaccinale. » Le 18 février, le Zimbabwe a lancé un programme national de vaccination contre le COVID-19 donnant la priorité aux travailleurs de première ligne et aux médias après avoir reçu des vaccins de Chine.

Au total, 37 760 personnes ont été vaccinées dans les 20 premiers jours de l’exercice d’inoculation. Quatre vaccins – Sinopharm et Sinovac de Chine, Covaxin d’Inde et Spoutnik-V de Russie – ont été autorisés pour une utilisation d’urgence par l’Autorité de contrôle des médicaments du Zimbabwe.

En plus du don de vaccins de la Chine, le gouvernement a acheté 1,2 million de doses de vaccins à la Chine et en recevra 75 000 de la Russie et 12 000 de l’Inde. Le solde de 1 million de vaccins en provenance de Chine devrait arriver dans le pays fin mars ou début avril.

Au 15 mars, le Zimbabwe comptait 36 ​​504 cas confirmés de COVID-19, dont 34 051 guérisons et 1 504 décès.

Gabon. Près de 600 Personnes impactées par les travaux de la Transgabonaise

China Africa Media558 personnes ont été recensées comme étant impactées par les travaux de réaménagement de la Transgabonaise, un vaste chantier routier qui devrait relier l’ensemble des grandes villes du pays. Aussi sont elles invitées à vérifier leur noms dans les listes publiées à cet effet afin de bénéficier d’un accompagnement. C’est ce que fait savoir la Société autoroutière du Gabon (SAG) dans une communication qu’elle nous a fait parvenir et que nous livrons ici in extenso.

SAG-La Société Autoroutière du Gabon porte à la connaissance du public que les inventaires des parcelles et des biens affectés par le projet de réaménagement de la Transgabonaise entre les tronçons PK 50 – PK 75 et PK 95 – PK 105 ont été finalisés en mars 2021.

Des Comités Locaux de Suivi (CLS) ont été formalisés et installés afin d’accompagner et de suivre le processus de réinstallation. Un mécanisme de gestion des requêtes et plaintes (MGRP) a été également mis en place pour recueillir et traiter d’éventuelles réclamations.

Les listes des personnes affectées par le projet ont été remises aux présidents des différents comités locaux de suivi lors des réunions de consultations publiques relatives à l’annonce des dates butoirs tenues les 12 et 13 mars 2021. Les personnes affectées par le projet sont donc invitées à vérifier la présence de leurs noms sur les listes jusqu’au 22 mars 2021 pour les personnes vivant entre le PK 50 et le PK 62 d’une part, et le 03 avril 2021 pour celles vivant entre les tronçons PK 62 – PK 75 et PK 95 – PK 105 d’autre part.

Aucune réclamation ne pourra être reçue ni traitée au-delà de ces dates butoirs.

La Société Autoroutière du Gabon (SAG) est disponible pour répondre aux questions des personnes qui s’estiment affectées par le projet. Contact : 062 00 298 41 / Email : mgrp_par@arisenet.com

Le processus de signature des accords de compensation se fera à l’issue des dates butoirs ci-dessus indiquées.

À propos de la SAG

La Société Autoroutière du Gabon (SAG) est un Partenariat Public Privé entre Arise IS, Meridiam, tous deux actionnaires à hauteur de 50% chacun, et la République du Gabon. La SAG se consacre à la conception, la construction, le financement et la gestion de la « Transgabonaise », la route principale traversant le pays d’Est en Ouest sur 828 km, permettant ainsi de relier plusieurs provinces du Gabon et différentes zones agricoles.

Liste non exhaustive des personnes impactées

Tanzanie. Le Président John Magufuli tire sa révérence.

China Africa Media-La nouvelle a été donnée par la vice-présidente, Samia Suluhu Hassan via un  message télévisé ce mercredi 17 mars. Le Président John Pombe Magufuli, l’un des rares à avoir gardé les lieux de cultes ouverts au plus fort de la crise sanitaire, est décédé des suites de «complications cardiaques» à l’âge de 61 ans.

John Magufuli avait été hospitalisé le 6 mars dernier à l’Institut cardiaque Jakaya Kikwete, un hôpital d’État de Mzena à Dar es Salaam, la capitale.

La vice présidente a annoncé que le pays entrerait dans une période de deuil de 14 jours, et que des dispositions relatives à l’inhumation du Chef de l’État seraient prises. «Pendant cette période, les drapeaux seront en berne», a annoncé Samia Hassan. 

Ce décès survient après des semaines de spéculation sur l’état de santé du Président John Magufuli avec le soupçon qu’il avait été hospitalisé pour Covid-19 et évacué vers le Kenya. Pour couper court à toutes ces supputations sur les réseaux sociaux, le gouvernement tanzanien a publié un démenti le 10 mars dernier. «Le Président de la République, John Magufuli n’est pas au Kenya. Et non, il n’est pas atteint du covid-19» a indiqué la communication gouvernementale.

Dar es Salam sous Magufuli (DR)

Né le 29 octobre 1959 à Chato, dans le nord-ouest de la Tanzanie, John Pombe Magufuli est élu à la tête du pays le 25 octobre 2015 et réélu le 25 octobre 2020. Il fut le 5ème président de la Tanzanie. Ce scientifique reconnu fut l’un des rares Chefs d’État à avoir gardé les églises dans son pays ouvertes malgré la pandémie due au nouveau coronaires.

Gabon. 100.000 doses de vaccins offertes par la Chine. Ossouka salue d’excellents liens de fraternité

China Africa Media-L’État gabonais a reçu hier vendredi une cargaison de 100.000 doses de vaccins du Chinois Sinopharm. Ce don du gouvernement chinois obéit à la promesse faite par le Président chinois XI Jinping lors du dernier sommet Chine-Afrique en juin 2020 de faire du vaccin chinois un bien public mondial.

La PM du Gabon (droite) et l’ambassadeur de Chine devant la presse (DR)

C’est la Première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, accompagnée du Dr Guy Patrick Obiang Ndong, son ministre de la santé qui a reçu la cargaison des mains de l’ambassadeur de Chine au Gabon SEM Hu Changchun.

« L’arrivée de ce don de vaccins démontre encore une fois la fraternité et la haute confiance politique mutuelle entre nos deux pays. C’est aussi une belle concrétisation de la convergence entre le Président Xi Jinping et le Président Ali BONGO ONDIMBA de lutter ensemble contre la Covid-19 » a déclaré le diplomate chinois convaincu de ce que l’arrivée en premier sur le sol gabonais des vaccins chinois aidera le peuple gabonais à éradiquer la pandémie et à accélérer la relance économique (sérieusement affectée Ndlr).

Le ministre Gabonais de la santé au cité de l’ambassadeur de Chine (centre)

« La Chine a annoncé le don des vaccins à 69 pays, et a exporté des vaccins vers 43 pays, dans le cadre de la mise en œuvre effective de l’engagement du président Xi Jinping de faire des vaccins un bien public mondial, disponible et abordable pour les pays en développement » a-t-il poursuivi. Il a également salué la présence au Sommet Extraordinaire Sino-Africain en juin dernier du Président Ali Bongo Ondimba dont la participation, dit-il, a apporté une « contribution active au grand succès du Sommet ».

Pour rappel, au mois de mars 2020, la Chine a fourni au Gabon des protocoles de diagnostic et de traitement de Covid-19. Le gouvernement chinois a remis cinq dons de matériels médicaux au gouvernement gabonais, des sociétés et ressortissants chinois de différents secteurs ont aussi apporté leurs soutiens matériels et techniques à la riposte gabonaise. La mission médicale chinoise reste toujours à son poste, en travaillant au premier front avec leurs collègues gabonais.

Les membres du gouvernement attendant de réceptionner la cargaison

« En tant qu’ami sincère et partenaire fidèle, la Chine restera toujours aux côtés du Gabon dans sa riposte contre la Covid-19 et dans sa relance économique, en vue de bâtir ensemble une communauté de destin plus solide » a conclut l’ambassadeur Hu.

Le Chef du gouvernement gabonais qui réceptionnait le don, a exprimé toute sa gratitude au gouvernement chinois. Rose Christiane Ossouka Raponda a également salué « les bonnes relations d’amitié et de fraternité » qui unissent le Gabon et la Chine.

Promettant de se faire vacciner en premier pour montrer l’exemple, la Première ministre gabonaise a invité les populations à se faire vacciner car, dit-elle, « c’est le chemin pour un retour à une vie normale ». Il faut noter que ces doses de vaccins arrivent un an jour pour vous après l’apparition, le 12 mars de l’année dernière, du premier cas covid-19.

Covid-19. Les vaccins du Chinois Sinopharm à Brazzaville

China Africa Media-Un premier lot de doses du vaccin chinois Sinopharm contre le nouveau coronavirus, don du gouvernement chinois, est arrivé mercredi à Brazzaville, la capitale de la République du Congo, avant la campagne de vaccination attendue à la veille de l’élection présidentielle du 21 mars prochain.

La ministre de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, accompagnée par deux collègues, et l’ambassadeur de Chine Ma Fulin, était présente à l’aéroport pour accueillir cette cargaison, notant qu’il s’agissait du premier lot de vaccin reçu par son pays.

« La vaccination va démarrer dans les jours qui suivent. Nous sommes prêts à vacciner. Les sites de vaccination sont connus« , a-t-elle assuré.

Selon son ministère, priorité sera donnée aux personnels de santé, aux journalistes, aux agents de la force publique, à ceux souffrant de diabète ou d’hypertension, ainsi que les personnes âgées de plus de 50 ans.

A en croire M. Ma, cette aide montre que la Chine a tenu la promesse qu’elle avait faite en juin dernier lors du sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

« L’amitié sino-congolaise et celle entre la Chine et l’Afrique seront plus profondes et plus fermes après l’épreuve de la pandémie. Comme le Congo, de nombreux pays africains ont reçu ou sont sur le point de recevoir les vaccins chinois. La Chine est disposée à travailler avec les pays en développement africains pour lutter côte à côte contre la pandémie« , a-t-il dit à des journalistes.

Le gouvernement congolais a annoncé qu’il allait lancer sa campagne de vaccination avant le scrutin présidentiel du 21 mars. Il a exhorté chacun à continuer à respecter strictement les barrières sanitaires pendant et après le vote.

En date de jeudi, le pays a recensé 9.329 cas d’infection, dont 131 décès, selon le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique).

Côte-d’Ivoire. Mort du Premier ministre Hamed Bakayoko

Le cancer fulgurant contre lequel il luttait depuis un moment aura finalement eu raison de lui. Le Premier ministre ivoirien, hospitalisé au début du mois de mars à l’Hôpital américain de Paris, puis transféré en urgence en Allemagne dans la matinée du 6 du même mois est décédé ce mercredi 10 mars en Allemagne.

D’après des sources médicales, son état de santé s’était soudainement dégradé ces derniers jours. Souffrant d’un cancer en phase terminale et hospitalisé depuis le début du mois de mars à l’Hôpital américain de Paris, Hamed Bakayoko avait été transféré, son état s’aggravant, dans un établissement de Fribourg, en Allemagne, dans la matinée du 6 mars, pour y suivre un traitement expérimental. Il a finalement succombé, hier 10 mars, à l’âge de 56 ans.

« Notre pays est en deuil » c’est la déclaration faite par le Président Alassane Ouattara, dans un message lu à la télévision nationale par Fidel Sarassoro, son directeur de cabinet. « Je rends hommage au Premier ministre, Hamed Bakayoko, mon fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection », a poursuivi le chef de l’État, rendant hommage à « un grand homme d’État, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d’une grande générosité et d’une loyauté exemplaire. »

Il faut souligner que cette disparition intervient 9 mois après celle de l’ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly mort dans des conditions presque similaires en juillet de l’année dernière. Devant la volonté affichée d’Alassane Ouattara de se retirer, Gon Coulibaly avait été désigné pour lui succéder. Mais, manque de peau, le poulain, alors Premier ministre, tomba brusquement malade et mourut peu de temps après.

Amadou Gon Coulibaly (gauche)

Hamed Bakayoko avait été choisi pour lui succéder à la Primature, mais pas pour endosser le costume d’héritier, le président sortant préférant finalement briguer un troisième mandat malgré les critiques. Fidèle collaborateur du chef de l’État depuis plus de vingt ans, « Hambak » (c’est ainsi qu’on l’appelait affectueusement) s’était imposé comme un membre incontournable de la sphère Ouattara.

Ministre de la Défense et maire d’Abobo, il venait d’être réélu député dans sa circonscription de Séguéla sous la bannière du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti au pouvoir. Dans le camp présidentiel, il apparaissait depuis peu comme l’un des plus sérieux candidats à la succession de Ouattara.

Sénégal. L’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko déclenche des émeutes dans plusieurs grandes villes.

China Africa MediaDepuis trois jours déjà, plusieurs grandes villes du Sénégal sont le théâtre de violentes émeutes opposant les forces de l’ordre aux populations sénégalaises. Ces affrontements font suite à l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko, dont la garde à vue a été prolongée. Selon le ministère de l’Intérieur sénégalais, quatre personnes ont été tuées dans les émeutes.

Ousmane Sonko, arrivé troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme un des principaux concurrents du président Macky Sall en 2024, a été arrêté en début de semaine après une plainte pour viol déposée contre lui.

Ousmane Sonko

«Alors qu’il se rendait au tribunal pour y être auditionné, le cortège qui l’accompagnait et lui sont stoppés net par des forces de l’ordre lui signifiant son arrestation, cette fois pour trouble à l’ordre public. Ce qui a aussitôt déclenché l’ire des populations qui y voient des manœuvres d’élimination politique orchestré par la main invisible de la France» relate Diop Amadou, journaliste au quotidien Le Soleil que nous avons joint au téléphone.

Selon la même source, des saccages et des pillages de magasins ont été perpétrés, en particulier sous enseigne française, dans la capitale et différentes villes du pays telle que Thiess, Saint Louis ou encore Kolda depuis mercredi dernier.

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, on peut voir une foule immense de jeune qui courent en scandant «libérez Sonko». Dans une autre, on voit la foule saccager le magasin français Auchan. Dans une autre encore, une foule de jeunes, des filles y compris, harcèlent à coup de Pierre et de bâtons, un camion de police qui sera finalement contraint à rebrousser chemin.

«Libérez Sonko !» scande la foule

Si l’arrestation d’Ousmane Sonko est l’étincelle qui a embrasé le pays, il n’en demeure pas mois que l’exaspération générale face à la dureté de la vie, accrue depuis au moins un an avec la pandémie de Covid-19, y est également pour beaucoup. Ce soulèvement, s’il perdure, risque bien d’être fatal pour le président Macky Sall.

Gabon. Consultations participatives pour la route PK24-PK50

Charly BAMPOU – Selon un communiqué de la SAG dont nous reprenons ici l’ossature, des consultations publiques faites, hier et ce jour, dans le cadre des Etudes d’Impact sur l’Environnement (EIES) du tronçon allant du PK 24 et PK 50 de l’étape 1 du projet de réaménagement et d’exploitation de la Transgabonaise ont eu lieu dans la salle polyvalente du premier arrondissement de la mairie de Ntoum. Elles ont réuni les représentants de la DGEPN, de TP, Urbanisme, du Haut-Commissariat à l’Environnement et au Cadre de Vie, le Préfet, le maire, les chefs de village, les chefs de quartier, de NGO et autres sociétés civiles afin de présenter le projet de réhabilitation de la Transgabonaise, ses promoteurs ainsi que la présentation des résultats de l’EIE et en particulier la gestion des impacts négatifs et la bonification des impacts positifs. Le Cadre Politique de Réinstallations du projet a également été présenté et soumis aux commentaires des participants.

Les travaux de construction du tronçon allant du PK 24 au PK 50.1, devront être réalisés par la société AFCONS, sélectionnée suite à un appel d’offre, incluent la reprise de certains carrefours, la rénovation de la voirie et du système de drainage des eaux pluviales avec les propositions suivantes :

  • Dédoublement des voies entre le PK 24 et le PK 40.2
  • Réaménagement du tronçon PK 40.2 – PK 50.1 dans son emprise actuelle.

Les principales préoccupations lors de ces consultations publiques ont été autour de l’emploi des jeunes, du processus de réinstallation ainsi que l’appréhension d’une autre désillusion suite à un certain nombre de projets annulés par le passé. Les autorités décentralisées, déconcentrées traditionnelles et centrales ont fait preuve de participation et de bon esprit de collaboration pour partager leurs doutes, appréhensions et attentes suite à ce projet d’intérêt général. La SAG assure mener à bien ce projet et souligne que l’attribution du contrat pour le tronçon PK 24 – PK 105 a déjà été faite incluant un calendrier d’exécution. L’équipement est arrivé sur la base d’Afcons et les travaux devraient démarrer au 1er Trimestre 2021 sur la zone PK 50 à PK 105, et dans le courant du 3e Trimestre pour la zone PK 24 à PK 50.

Les études sont en cours pour la mise en place d’un plan d’action de réinstallation définissant les personnes affectées par le projet, et leurs droits et devoirs pour ce projet d’utilité publique. Les enquêtes et travaux se feront sur le terrain avec les personnes affectées par le projet, les autorités traditionnelles et administratives. De plus, un mécanisme de gestion de plaintes sera mis en place le long du projet, et les populations riveraines seront sensibilisées à cet effet.

« Les consultations publiques de L’EIE sont une étape clef du processus de consultation des parties prenantes, ce n’est pas une finalité mais la continuité d’un processus participatif qui se déroule tout au long de la vie du projet » souligne Vincent Bachofner, Directeur Gouvernance Environnementale et Sociale de la SAG.Notons que le Gouvernement Gabonais et la SAG (Société Autoroutière du Gabon, composée de deux actionnaires à part égale MERIDIAM et ARISE Infrastructures Services (IS)) ont signé un Partenariat Public-Privé, sur 30 ans, en octobre 2019, pour le réaménagement et la gestion de la route Économique dite Transgabonaise. D’une longueur de 828 km, la route reliera Libreville à Franceville.

Médias. Les lauréats de la deuxième édition du Grand prix du journalisme du Gabon

CHINA AFRICA MÉDIA – Le deuxième Grand Prix de Journalisme de l’Ambassade de Chine, en rapport avec l’initiative la Ceinture et La Route vient de livrer son verdict. Deux grands médias ont été primé : le quotidien L’Union et la Télévision d’Etat Gabon24.

Le quotidien L’Union a reçu au total, six distinctions honorifiques ce 23 décembre 2020. Il était surtout question pour les organisateurs d’encourager les journalistes à plus de « professionnalisme et de constance  » malgré une année 2020 particulièrement difficile.

Conduite par Lin-Joël Ndembet,  son Directeur de la Publication, la rédaction du premier quotidien national a été reçue en première heure par S.E Hu Changchun, ambassadeur de Chine au Gabon. Avant la remise des prix, les hommes de presse et le diplomate ont échangé sur les moyens d’améliorer et d’approfondir la collaboration actuelle, avant d’envisager la perspective de nouveaux partenariats entre les deux parties.

Revenant sur le cadre du Grand Prix de Journalisme de l’Ambassade de Chine au Gabon, le diplomate chinois a expliqué que cette certification honorifique vise surtout à « encourager le professionnalisme du journaliste » dans le traitement de l’information en général, et plus particulièrement en ce qui concerne les actions de la Chine au Gabon.

« Vous avez su, malgré un contexte rendu particulièrement difficile par la pandémie de Covid-19, rester constants dans le traitement objectif des actions menées par la Chine dans notre pays le Gabon », a déclaré l’ambassadeur HU à ses hôtes.

A son tour, M. Ndembet s’est dit satisfait de la collaboration que sa rédaction entretien avec la représentation diplomatique chinoise. Une « excellente collaboration » qui est surtout, selon Lin Joël Ndembet, le fruit de « l’esprit d’ouverture » qui caractérise M. Hu, le diplomate chinois.

L’entretien s’est achevé par la remise de lots aux lauréats. Lin-Joel Ndembat obtient le Prix Grand Prix de Journalisme de l’Ambassade de Chine dans la catégorie « Meilleur Editorial ». Innocent M’Badouma, chef de service Digital a reçu le Grand Prix de Journalisme de l’Ambassade de Chine dans la catégorie « Meilleur Reporter de l’année 2020 ». Quant à Wilfried Ndong Chef de service Sports, il a été primé dans la catégorie « Meilleur reportage ».

A noter aussi la distinction de Juste Kombile Moussavou dans la catégorie « Chroniqueur », et Prissilia Mouity et Styve Claudel Ondo Minko dans la catégorie « Talents du futur ».