L’ONU condamne l’attaque contre l’aéroport en Somalie

CHINA AFRICA MEDIA -Les Nations Unies ont condamné un assaut au mortier contre un aéroport international de la capitale somalienne Mogadiscio, qui a fait mardi un nombre non identifié de personnes blessées. L’attaque a touché les locaux de l’AMISOM et des Nations Unies, a précisé le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration de presse publiée le jour de l’attaque. « Le Secrétaire général réitère son ferme soutien à tous les collègues des Nations Unies en Somalie », a dit son porte-parole.

Antonio Guterres a réaffirmé la détermination de l’Organisation des Nations Unies à appuyer le « gouvernement fédéral somalien et tous les Somaliens » dans leurs efforts en faveur de la paix et de la stabilité. Le chef de l’ONU a souhaité un prompt rétablissement à toutes les personnes blessées dans l’attaque.

Comme on peut le voir sur cette photo montrant l’attaque d’un convoie des Nationa-Unies en 2014, la mission onusienne de paix est régulièrement victime d’attaques. « Je condamne cette attaque au mortier d’Al-Shabaab contre l’installation aéroportuaire de Mogadiscio. Nous souhaitons un prompt rétablissement aux personnes blessées dans l’attaque. Malgré ces actes de violence, les partenaires internationaux de la Somalie restent déterminés à soutenir le peuple somalien et à continuer de soutenir l’avancement du pays », a déclaré pour sa part James Swan, représentant spécial de l’ONU pour la Somalie.

Swan a confirmé qu’Al-Shabaab, un groupe terroriste opérant en Somalie, avait revendiqué la responsabilité de l’attaque. Il a ajouté qu’aucune installation des Nations Unies n’avait été touchée et qu’aucun membre du personnel des Nations Unies n’avait été victime de l’attaque au mortier. L’enceinte de l’aéroport abrite les bureaux de l’ONU et plusieurs missions diplomatiques occidentales en Somalie.

Swan a déclaré que six obus de mortier avaient atterri dans le périmètre de l’aéroport international d’Aden Adde, qui abrite également le siège de la mission de l’Union africaine en Somalie. Al-Shabaab s’est battu pour renverser le gouvernement et imposer sa propre marque de gouvernement fondé sur la religion en Somalie.

RDC – Procès 100 jours de Vital KAMERHE et Consorts : le juge Président du tribunal Yanyi décédé de suite d’une crise cardiaque


CHINA AFRICA MEDIA – Le juge président du tribunal en charge de l’affaire de 100 jours a rendu l’âme dans la nuit du mardi au mercredi de suite d’une crise cardiaque annoncent des sources policières.
Le constat de son décès a eu lieu au centre Nganda où il a été acheminé. Contrairement à une rumeur qui circule, le juge président n’a pas été assassiné. Un témoins affirme que  » c’était vers 3 h qu’il a commencé de malaise son ventre avait gonflé énormément et c’est son oncle qui l’a emmené a l’hôpital au centre nganda. Mais hélas il a rendu l’âme avant d’arriver a l’hôpital.  » 
En attendant la suite de l’enquête, la Police a précisé que le juge était bien sécurisé pour couper court au rumeur de l’assistanat qui se rependu dans les réseaux sociaux.

RD CONGO. Les chèques du Ministre de l’Industrie aux entreprises frappées par la crise du Covid – 19.

CHINA AFRICA MEDIA – C’est une véritable bouffée d’oxygène pour les entreprises congolaises secouées par le choc de la pandémie à Coronavirus, les entreprises œuvrant dans les secteurs de l’agroalimentaire, l’industrie pharmaceutique, la logistique et le commerce.

Le Ministre de l’Industrie, Julien PALUKU KAHONGYA a procédé ce jeudi à Kinshasa au lancement de l’accompagnement du Gouvernement à ces entreprises. Les opérateurs économiques de la filière Transport et commerce ont reçu des mains du Ministre Julien PALUKU KAHONGYA des chèques, une première tranche,  car l’octroi de la seconde partie est conditionné par les résultats après évaluation des services spécialisés du FPI, a martelé le Ministre de l’Industrie.

Le Ministre de l’Industrie et les opérateurs économiques

Des grandes villes et agglomérations congolaises seront ravitaillées en denrées alimentaires et les milieux ruraux en produits manufacturés. Les espaces Kasaï, Équateur, ex province Orientale et Bandundu …sont concernés par ce premier financement.

Appelés par le Ministre Julien PALUKU KAHONGYA aux résultats et non à l’ivresse du lait, les bénéficiaires se disent déterminés à relever le défis pendant cette crise sanitaire.

TURQUIE. Selon le président ERDOGAN c’est bientôt la fin du coronavirus dans son pays

CHINA AFRICA MEDIA – La Turquie sera-t-elle le deuxième pays à rejoindre la Chine pour avoir vaincu le coronavirus ? C’est ce que laisse entendre son président. La Turquie s’approche de la fin de la pandémie, a déclaré le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip ERDOGAN. Aussi chef du Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), le Président a tenu une réunion avec les responsables locaux et des membres de son parti, lundi. Il les a félicités à l’occasion de l’Aïd al-Fitr.

Le Président a fait remarquer que « la Turquie a géré avec réussite la pandémie et avance vers la fin [de cette période] ». « La situation après les démarches adoptées vers la normalisation, montrent que nous sommes sur la bonne voie, a dit ERDOGAN. Je remercie le peuple pour avoir respecté le confinement obligatoire de 4 jours, imposé durant l’Aïd al-Fitr. »

Le Président a ajouté que vaincre la pandémie sur son propre pays ne suffit pas. « Le monde entier doit la vaincre, a-t-il poursuivi. Ainsi, nous devons nous habituer à ce que nous appelons ‘la nouvelle normale’, que nous pouvons résumer comme usage de masque, distanciation sociale et davantage d’hygiène. J’estime que nous pourrons ainsi surmonter cette pandémie. »

ERDOGAN a conclu que la Turquie doit renforcer sa production le plus rapidement possible, afin « qu’elle puisse occuper la position qu’elle mérite, après la pandémie, dans le nouvel ordre politique et économique ». Après avoir émergé dans la ville chinoise de Wuhan en décembre dernier, le nouveau coronavirus s’est propagé dans le monde entier. Le bilan global des décès des suites de la Covid-19 a dépassé les 347 mille, avec plus de 5,5 millions de cas confirmés dans le monde. Cependant, il est à noter qu’environ 2,3 millions de personnes se sont rétablies de la maladie.

SANTÉ. L’OMS suspend l’essai d’un médicament contre le paludisme bu par Donald TRUMP

CHINA AFRICA MEDIA – L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle abandonnerait temporairement l’hydroxychloroquine – le médicament antipaludique que le président américain TRUMP a déclaré qu’il utilisait – de son étude mondiale dans les traitements expérimentaux COVID-19, affirmant que ses experts devaient examiner toutes les preuves disponibles à ce jour.

Lors d’une conférence de presse lundi 25 mai 2020, le directeur général de l’OMS, Tedros ADHANOM GHEBREYESUS, a déclaré qu’à la lumière d’un article publié la semaine dernière dans le Lancet, qui montrait que les personnes prenant de l’hydroxychloroquine couraient un risque plus élevé de décès et de problèmes cardiaques que celles qui ne l’étaient pas, il y aurait être « une pause temporaire » sur le volet hydroxychloroquine de son essai clinique mondial.

« Cette préoccupation concerne l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de la chloroquine dans COVID-19 », a déclaré Tedros, ajoutant que les médicaments sont des traitements acceptés pour les personnes atteintes de paludisme ou de maladies auto-immunes.

CHINE-RDC. Lutte contre covid-19 : la délégation des experts chinois présente le rapport de la mission


CHINA AFRICA MEDIA – Correspondant Dave MULAMBA (Kinshasa) – La conférence de presse, organisée le samedi  23 mai à la résidence de l’Ambassadeur de Chine en République Démocratique du Congo était l’occasion propice pour ZHU Jing de présenter le rapport final des experts chinois venus en République démocratique du Congo pour partager leur expérience avec l’équipe de riposte congolaise contre le coronavirus, à l’issue de leur mission en RDC. Présent a leur côté le Dr. Jean – Jacques MUYEMBE du secrétariat technique de la riposte au Covid-19.
Le rapport de la mission a été présenté par le chef d’équipe d’ experts chinois, WANG Junhui.
Les experts chinois ont effectué plusieurs échanges avec le secrétariat technique en charge de la riposte. Ils ont également visité deux hôpitaux où sont internés les patients atteints du COVID19, la clinique Ngaliema et l’hôpital de l’amitié sino – congolaise à Ndjili. Les experts chinois ont également échangé par visioconférence avec les chefs de division de la santé des provinces de Lualaba et du Haut-Katanga pour se rendre compte de la prise en charge des malades en province.
WANG Junhui chef de la délégation de l’équipe des experts chinois s’est dit très satisfait de leur mission en RDC.

Les Experts chinois, lors de la cérémonie

Pour sa part, l’Ambassadeur de la Chine en RDC, ZHU Jing a souligné que la Chine continuera de collaborer avec le secrétariat technique de la riposte jusqu’à l’éradication totale de la pandémie de coronavirus en RDC.
Les experts chinois ont achevé leur mission en RDC ce samedi 23 mai, après 12 jours de travail avec l’équipe de la riposte. Le diplomate chinois a démenti les rumeurs qui ont circulé sur la toile, qui faisait mention que ces experts auraient déclaré que les malades diagnostiqués étaient tous négatifs.
« Nous n’avons jamais fait ce genre de déclaration. Aucun médecin parmi les experts n’a mentionné le constat des faux malades. Ceux qui sont hospitalisés sont bel et  bien malade », a déclaré l’Ambassadeur ZHU Jing.
En marge de la conférence de presse, le professeur MUYEMBE a souligné l’amitié grandissant entre la chine et la RDC.  » Nous avons senti cette amitié qui se renforce du jour au jour entre la Chine et la RDC, car les réactifs que nous utilisons dans nos laboratoires sont offerts par la Chine ainsi que les matériels de protection pour le personnel médical . La Chine nous a également envoyé les meilleurs experts pour partager leur expérience avec le secrétariat technique en charge de la riposte contre le coronavirus en République démocratique du Congo« , s’est exprimé le Dr. Jean-Jacques MUYEMBE, responsable de l’équipe de riposte.

La délégation des experts chinoise qui sillonnent l’Afrique, pour des échanges et partage d’expérience dans plusieurs domaines sanitaires, et principalement la lutte contre le Covid-19 vont poursuivre leur mission de l’autre côté du fleuve, ils sont attendus a Brazzaville.
Une brève cérémonie d’aurevoir a été organisée au Beach Ngobila, en présence du Vice – Ministre congolais de la Santé et des Affaires étrangères. Raymond TCHEDYA, Vice – Ministre des Affaires étrangères se dit satisfait. « Le gouvernement congolais demeure reconnaissant envers les autorités et le peuple chinois pour avoir envoyé les 12 experts qui sont venus appuyer l’équipe de la riposte contre la Covid-19 en RDC. Ces gestes viennent renforcer notre amitié avec la Chine », a t-il déclaré.
Le gouvernement congolais, à travers le Ministère de la Santé et celui des Affaires Étrangères, a remis un certificat d’honneur aux experts Chinois. Rappelons que c’est depuis le 12 mai que ces experts médicaux sont arrivés à Kinshasa avec près de 4 tonnes de matériels offert par la République Populaire de Chine. Il faut noter qu’à ce jour la RDC compte 2297 cas enregistrés, malgré ce nombre croissant, on notera une baisse considérable de nombre de décès au quotidien.

CHINE. Hausse du budget de la défense en 2020, +6,6 % à 178,2 milliards de dollars

CHINA AFRICA MEDIA – La Chine a fixé son objectif de croissance du budget de la défense pour 2020 à 6,6%, ce qui se traduit par un projet de budget de 1 268 billions de yuans (178,2 milliards de dollars), inférieur à la croissance de 7,5% en 2019.

Le chiffre a été rendu public vendredi dans un projet de rapport budgétaire à soumettre à la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale (APN). Il s’agit également du taux de croissance du budget de la défense le plus faible de ces dernières années.

Le budget chinois de la défense pour 2019 était de 1,19 billion de yuans, en hausse de 7,5% par rapport à 2018. La Chine a maintenu une croissance à un chiffre de son budget annuel de défense depuis 2016.

Vendredi, SONG Zhongping, expert militaire chinois et commentateur de la télévision, a déclaré au Global Times qu’il était très normal que par rapport au taux de croissance de 7,5% de l’an dernier, le taux de 6,6% cette année ne soit pas un ralentissement significatif compte tenu des effets de la pandémie.

Courbes croisées des taux du PIB et de celui du budget de la Défense en Chine

La Chine est confrontée à des menaces pour la sécurité nationale, y compris celles qui se déroulent très près de la Chine et dans des domaines de sécurité non traditionnels. Par rapport à ces menaces, les dépenses militaires de la Chine étaient loin d’être suffisantes, a déclaré SONG.

WEI Dongxu, analyste militaire basé à Pékin, a déclaré que l’augmentation du budget de la défense pouvait garantir que les principaux programmes et les principaux domaines de dépenses de l’armée chinoise ne seraient pas affectés par la pandémie et resteraient dans les délais.

La baisse du taux de croissance est en partie décidée par la situation réelle de la Chine et la pandémie a eu un impact sur la croissance économique dans tous les pays, a noté WEU.

ITALIE. Baisse des décès et des cas de coronavirus depuis le début de l’épidémie

Le bilan quotidien des décès dus à l’épidémie de COVID-19 en Italie est tombé à 145, le plus bas depuis le 9 mars, contre 153 la veille, a annoncé l’Agence de protection civile, tandis que le décompte quotidien des nouveaux cas est tombé à un plus bas de 675 le 4 mars. à partir de 875 la veille.

Le nombre total de morts depuis le déclenchement de l’épidémie le 21 février s’élève désormais à 31 908, selon l’agence, le troisième plus élevé au monde après ceux des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

Le nombre de cas confirmés s’élève à 225 435, le sixième plus grand total mondial derrière ceux des États-Unis, de l’Espagne, de la Grande-Bretagne, de la Russie et du Brésil.

Les personnes enregistrées comme porteuses de la maladie sont tombées à 68 351, contre 70 187 la veille.

RD CONGO. Affaire des passeports : le Congo rompt officiellement son contrat avec la société Semlex

CHINA AFRICA MEDIA – KINSHASA, Dave MULAMBA ( Correspondant) – « Je confirme ici que le contrat avec Semlex a bel et bien été rompu. Nous n’allons plus travailler avec Semlex pour renouveler le passeport de la RDC », a affirmé ce vendredi 15 mai, Marie TUMBA NZEZA, Ministre des Affaires étrangères.

Elle fait remarquer que la RDC n’a nullement l’intention de renouveler son contrat avec la société Semlex pour la production des passeports biométriques. Semlex est une entreprise Belge qui produit des passeports pour beaucoup de pays africains.

La ministre congolaise des Affaires étrangères l’a fait savoir au président de ce groupe dans une correspondance datée du 7 mai. 

Les trois passeports : diplomatique (rouge), ordinaire (centre) et fonctionnaire.

Dans cette lettre, le gouvernement congolais a informé le président du groupe Semlex de la fin du contrat pour l’implémentation du système d’identification biométrique national, intégrant la production des passeports électroniques congolais.

Et donc, à partir du 11 juin prochain, annonce Marie Tumba Nzeza, le contrat va arriver à expiration et elle invite à cet effet Semlex à bien vouloir procéder à l’état des lieux de l’ensemble du système, infrastructures et logistique avec son cabinet afin d’arrêter les dispositions transitoires avant la fin de ce contrat.

Pour rappel ce contrat entre Semlex et le gouvernement congolais a été signé depuis 2015. Le prix Initialement fixé à 185 dollars, rares sont ceux qui ont acheté le passeport à ce prix ! Pour certains c’était deux fois le prix de base! Des organisations non-gouvernementales, mouvements citoyens et 51 citoyens congolais ont dénoncé ce contrat passé entre le régime de l’ancien président Joseph KABILA et cette société belge, qui fabrique les passeports biométriques. Ces organisations demandent à la justice d’enquêter sur les allégations de corruption liées à l’attribution du marché des passeports congolais à Semlex.

RDC, Lutte contre le Covid-19 : 12 experts Chinois arrivés ce mardi à Kinshasa pour appuyer l’équipe de riposte.

CAM-Kinshasa 12 mai 2020 – On reconnaît les vrais amis pendant les moments difficiles dit-on. Et la République populaire de Chine vient de montrer à la face du monde qu’elle est « un bon ami » de la République Démocratique du Congo qui peine a stopper le coronavirus, ayant déjà, depuis le 10 mai 2020, franchi la barre de 1000 cas confirmé avec une quarantaine des morts.

C’est sous une forte pluie que le vol spécial d’Air China a atterrit à l’aéroport international de N’djili, avec à son bord une délégation d’experts médicaux chinois venus se joindre à l’équipe du Dr. Jean – Jacques Muyembe dans la lutte contre le Covid-19. Au total, 12 experts Chinois sont arrivés ce mardi 12 mai 2020 à Kinshasa.

Venus tout droit de  Chine, ces Experts médicaux ont été accueillis à leur descente d’avion par l’ambassadeur de la République Populaire de Chine en RDC Zhu Jing, les vice-ministres congolais de la Santé Albert Mpeti et des Affaires étrangères Raymond Tchedya Patay.

Selon l’ambassadeur de la Chine en RDC Zhu Jing,  ces experts sont venus pour un partage d’expérience sur la riposte contre le Covid-19 avec les médecins Congolais et Chinois se trouvant en RDC.

« Il s’agit d’une délégation de 12 meilleurs spécialistes sélectionnés par le gouvernement chinois pour aider le peuple congolais dans la riposte contre le Covid-19. Ces experts vont parcourir plusieurs endroits dans le pays. Ils vont, durant leur séjour, tenir des séances de travail avec les équipes congolaises. J’espère que pendant les deux semaines suivantes, ils vont donner un coup de main positif pour aider les autorités sanitaires congolaises à renforcer la capacité de riposte au Covid-19 », a-t-il déclaré.

Zhu Jing affirme par ailleurs que ces experts venus de son pays poursuivent trois missions en RDC, à savoir :

  1. Partager le savoir-faire, par les conseils, échanges et séminaires ;
  2. Donner des formations auprès du personnel soignant congolais et chinois se trouvant sur le sol congolais ;
  3. Avoir des échanges avec les équipes congolaises sur le traitement des maladies infectieuses autres que le Covid-19.

Il est important de souligner que ces experts chinois ne sont pas venus mains vides en RDC. Ils ont apporté avec eux un don du gouvernement chinois d’environ 4 tonnes de matériel médical. Ce don est constitué des médicaments, des combinaisons de protection, des gants, des bottes et des cache-nez.